3 notions clés pour comprendre le neuromarketing !

Par Émilie Fressinet 2 années.0 commentaire
etude-neuromarketing

Le terme neuromarketing a été inventé en 2002 par le Président du département Management et Marketing de l’école Rooterdam School of Management nommé Ale Smidts. Cette forme de marketing 2.0 a largement évolué depuis sa naissance et séduit de plus en plus les entreprises en quête d’efficacité, d’expansion et aussi de prospérité pour les plus connues. Néanmoins, cette méthode continue aujourd’hui de laisser perplexe un grand nombre de personnes à cause de désaccords sur les enjeux d’un tel phénomène.

1) Le neuro-marketing : qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un nouveau domaine de recherche qui étudie l’activité cérébrale face à des stimuli marketing. Dans ce cadre, on observe les réactions du cerveau et les zones concernées lors d’expositions à des messages publicitaires, ce qui permet de mesurer les réactions émotionnelles et l’efficacité d’une publicité, d’une marque ou d’un produit.

2) Quels sont les avantages d’un tel procédé ?

Le neuromarketing permet aux entreprises de prendre connaissance des émotions déclenchant l’acte d’achat chez leurs consommateurs. Des informations capitales sont apportées aux entreprises grâce à cette méthode, ce qui leur permet de mettre en œuvre des stratégies commerciales et marketing adéquates. En effet, elles peuvent alors adapter leur publicité et leurs produits afin de répondre totalement aux besoins et aux attentes des consommateurs.

Par exemple, en 2002 plusieurs consommateurs ont été convié à un blind test afin de connaître leur préférence entre le goût de Pepsi et celui de Coca Cola. Il a été révélé que les participants préféraient le goût de Pepsi. Cependant, durant un deuxième essai avec les marques à la vue des consommateurs, les résultats montrent que Coca est finalement devenu le favori. Le pouvoir de l’image de marque.

3) Pas d’avantages sans inconvénients !

Les outils utilisés par une telle méthode représentent un coût considérable pour les entreprises, c’est pourquoi seules les multinationales sont aujourd’hui en mesure de se le permettre. La facture peut s’élever entre 800 et 2500€ à l’heure par personne analysée selon le domaine d’étude.

Autre limite importante : l’éthique. En France, l’utilisation du neuromarketing pose problème car on estime qu’il est absurde de s’immiscer dans la tête des gens pour y « implanter » des conditions favorables à l’acte d’achat.  C’est pourquoi certaines marques françaises comme L’Oréal ou Danone font appel à des sociétés de neuromarketing en Belgique ou ailleurs en Europe et dans le monde.

Enfin, juridiquement, la pratique du neuromarketing est légale (Art 16-14 du Code Civil), néanmoins l’utilisation de matériel médical comme le scanner ou l’IRM est interdite à des fins marchandes en France.

Et vous, que pensez-vous du neuromarketing ? Quel est votre avis sur le sujet ?

Cet article vous a plu ? Faites-le savoir à votre communauté en le partageant !
Sources : http://neurosciencemarketing.fr/definition/ https://www.definitions-marketing.com/definition/neuromarketing/

Catégorie:
  Marketing

Leave a Reply

Your email address will not be published.

})(jQuery);